PROJET FOU

Le CD que je vous présente aujourd’hui est pour moi et pour tous les collaborateurs qui ont participer à sa production, le fruit de centaines d’heures de travail, réparties sur plus de deux ans. Tout ce travail pour vendre combien de CD ? Quelques centaines dont les profits de la vente rembourseront qu’une infime partie de l’argent investi.

Quand on y pense, c’est complètement fou. Il n’y a pas que moi qui le dit, Walter Roger guitariste chanteur de Pink Floyd le disait lui-même lors de son passage à l’émission TLMEP. Il n’y a plus d’argent à faire avec la vente de musique. Et pourtant, la musique est partout, elle est omniprésente dans notre vie. Alors, comment une forme d’art aussi populaire et indispensable peut-elle rapporter si peu à ses créateurs ?

Dans les années 70, un long jeu coûtait 20$. J’en achetais en moyenne un par mois. Juste pour mettre les choses en perspective, je vous rappelle qu’à la même époque un verre de bière coûtait 0.25$ et que le gaz était 0.50$ le litre. Aujourd’hui le même verre de bière coute 2.50$ à la brasserie et le gaz est à 1.40$ le litre alors qu’un CD, ou un album de musique, se vend encore 20$. Connaissez-vous bien des produits qui se vendent aujourd’hui au même prix qu’en 1970. Pire, pour 5$ par mois, vous avez maintenant accès à toute la musique du monde dans votre téléphone intelligent.

Alors qu’il recevait 0.10$ par passage de sa chanson à la radio, le musicien-auteur-compositeur recevra aujourd’hui quelques millièmes de cennes par écoute sur un site de musique en ligne comme I-Tunes, Spotify ou You Tube. Ce tarif est certes rentable pour celui qui fait un hit planétaire, le problème c’est que pour accéder à ce marché, il faut se battre contre le star system américain. Les petits marchés culturels n’ont tout simplement pas les moyens d’y arriver et sont donc trop souvent laissés pour compte.

Soyons clair, je n’ai pas fait mon CD dans le but de faire de l’argent ou de realancer ma carrière. Je l’ai fait d’abord et avant tout pour le plaisir de créer de la musique et d’enregistrer mes chansons. Si le cercle restreint d’auditeurs et d’acheteurs que sont mes parents et mes amis devait s’élargir et que mes chansons venaient à plaire à un public plus large, tant mieux car j’ai toujours cru que la musique est faite pour être écoutée et partagée.

Aujourd’hui j’ai le grand bonheur de partager le fruit de mon travail avec vous. Je vous invite donc à vous procurer votre copie de mon CD directement sur mon site ou à vous le procurer en format numérique sur Apple Music, en chercant Paul-André Thibert.